# Culture & Loisirs

L’objet culte : le retour en grâce du Tamagotchi 

Publié le 3 mai 2022 à 00h00

Enfant jouant avec un Tamagotchi
Enfant jouant avec un Tamagotchi

Vingt-cinq ans après son arrivée dans les cours de récré du monde entier, le Tamagotchi, premier animal de compagnie virtuel revient dans notre viseur et sur notre wishlist. Retour sur un phénomène du jeu vidéo.

La tendance est aux années 1990 et 2000 ! Aussi, il n’est pas étonnant de voir ressurgir ce jeu culte qui a marqué toute une génération, bien avant l’arrivée des smartphones et le succès international de jeux comme Animal Crossing: New Horizons.

Aux origines, une "montre-oeuf" ?

Ces petits œufs en plastique ont fasciné toute une génération dévouée au soin de cet objet à l’écran en noir et blanc, qui permettait d’élever son petit animal virtuel et personnel. Depuis sa naissance, le 23 novembre 1996, Bandai, éditeur du jeu, aurait vendu plus de 82 millions de Tamagotchi. 

En japonais, “tamago” signifie “oeuf”, tandis que “wotchi” est issu du mot anglais “watch”, qui signifie montre en français. Une montre-oeuf ? C’était l’idée de départ, qui a toutefois été abandonnée. A la place, une petite chaîne a remplacé l’idée du bracelet, mais le concept de l’oeuf a toutefois été conservé. Si les enfants devaient prendre soin d’un Tamagotchi, il devait, après tout, les suivre partout.

Décliné en un tas de couleurs, le Tamagotchi avait été conçu pour simuler le vivant. Bandai avait donc misé sur une bestiole virtuelle hyper kawaii qu’il fallait nourrir, divertir et nettoyer, sans quoi elle risquait de trainer dans ses déjections ou, pire, de mourir.

La folie Tamagotchi

Au fond, le Tamagotchi présente une alternative, certes moins encombrante, à un animal de compagnie. Il a même permis, parfois, de faire prendre conscience de la responsabilité qu’incombait d’adopter un compagnon à deux ou quatre pattes. Enfermé dans son minuscule écran, le Tamagotchi dépend complètement de son humain pour vivre et bipe sans relâche quand il a besoin de lui. 

Au Japon, des businessmen ont même annulé des réunions pour s’occuper de leur « tama » adoré, tandis que d’autres fans n’ont pas hésité à créer des cimetières pour les Tamagotchi partis trop tôt.

Cette relation d’interdépendance a inévitablement créé un lien affectif. Requérant un tel besoin d’attention, le Tamagotchi s’est invité partout, des salles de classes aux salles de réunion, devenant une présence perturbatrice, voire carrément nuisible pour les non-initiés. Au Japon, des businessmen ont même annulé des réunions pour s’occuper de leur « tama » adoré, tandis que d’autres fans n’ont pas hésité à créer des cimetières pour les Tamagotchi partis trop tôt. Si bien qu’il a fallu les interdire dans certaines circonstances à cause de la déconcentration inévitable que le petit œuf causait. 

En 2022, ces anecdotes font sourire étant donné la place qu’occupe le virtuel dans notre quotidien. Si le Tamagotchi reste une lubie du début du siècle, son impact n’est pas tout à fait anodin. Il a quelque part modifié notre rapport aux gadgets électroniques. Au contact de cet œuf en plastique, le propriétaire a développé de l’empathie, au point de le concevoir comme un ami, au même titre qu’un humain.

Autrice : Carla P

Crédit photo : Joi Ito - Creative Commons

Partager