# Économie

Cinq bonnes nouvelles que nous aimerions entendre en 2024

Publié le 18 janvier 2024 à 08h00

Groupe de jeunes gens manifestant leur joie
Groupe de jeunes gens manifestant leur joie

Des bonnes résolutions, cette année ? Plutôt des souhaits ! Des souhaits pour nous-mêmes et la planète qui pourraient, qui sait, bel et bien se réaliser en 2024. 

Guerres, crises économiques et craintes écologiques : à l’aube de cette nouvelle année 2024, le monde peut sembler être en piètre état. Il y a pourtant de nombreuses raisons d’être optimistes pour le futur : la biodiversité retrouve ses droits dans de nombreux endroits du monde, les énergies renouvelables n’ont jamais eu autant de succès et des élans de solidarité éclosent un peu partout à travers la planète. Si vous démarrez cette nouvelle année avec l’angoisse de regarder l’actualité, voici cinq bonnes nouvelles qui, nous l’espérons, pourraient marquer l’actualité en 2024. 

Le boom des énergies renouvelables passe un nouveau cap

Et si les énergies renouvelables connaissaient une envolée en 2024 ? 

Un peu partout sur la planète, les voyants sont positifs pour les énergies vertes. La Pologne a atteint un record de 26 % d’électricité verte en 2023, tandis que le Portugal a dépassé le record européen, avec un total de 61 % d’électricité produite par les énergies renouvelables. Dans son rapport annuel, l’Agence internationale de l’énergie soulignait en 2023 qu’il était « très légitime d’avoir de l’espoir » concernant l’adoption des énergies renouvelables partout à travers le monde. Et ça, c’est une très bonne nouvelle. 

En France, l’objectif fixé pour les énergies vertes est d’atteindre 33 % de la consommation brute d’énergie en 2030. Et si on pariait sur un développement plus rapide que prévu en 2024 ? On l’espère ! Quoi qu’il en soit, les récentes évolutions des usages promettent une année passionnante pour les énergies renouvelables. 

Les mobilités alternatives deviennent la norme 

Partout en France, les citadins ont pu l’observer : le « vélotaf » est entré dans une nouvelle dimension ces dernières années ! Les ventes de vélos à assistance électrique explosent et le nombre de passage sur les pistes cyclables aussi. Le succès du cyclotourisme ne se dément pas non plus, avec des retombées économiques estimées à 4,6 milliards d’euros. 

Mais les mobilités alternatives ne se résument pas au vélo en ville. En Europe, le train va connaître un nouvel âge d’or à partir de 2024, avec le développement de lignes européennes connectant Paris à Berlin, Munich à Varsovie et bien d’autres villes encore. 

Et si, en 2024, on se prenait à rêver que les mobilités douces deviennent la norme chez les voyageurs européens ? Que le covoiturage, boosté par la prime qui continue en 2024, soit un réflexe chez les travailleurs des zones rurales ? Que les transports en commun deviennent gratuits partout en France, comme c’est désormais le cas pour les résidents de Montpellier ? 

La biodiversité retrouve ses droits 

Ce n’est pas un secret : ces dernières décennies, la biodiversité dans le monde a été rudement chahutée par le réchauffement climatique et les activités humaines. Mais il y a encore de l’espoir et la prise de conscience globale ne cesse de prendre de l’ampleur. 

Quelques bonnes nouvelles qui nous permettent de voir l’avenir de la faune et la flore de manière plus positive. En 2023, la déforestation de l’Amazonie a été en très net recul, selon les données du gouvernement brésilien. Les opérations de rewilding, « réensauvagement » en français, se multiplient en Europe, avec de plus en plus de territoires rendus à la nature et pouvant accueillir de nouvelles espèces. Les exemples d’initiatives locales ou internationales sont nombreux, comme la nouvelle mission de l’UE « Restaurer notre océan et nos eaux », qui a été dotée d’un budget de 106 millions d’euros. On espère aller encore plus loin en 2024 ! 

La crise inflationniste touche à sa fin

Après deux années de pression économique sur les ménages, peut-on espérer un ralentissement de l’inflation en France et dans le monde ? Après un ralentissement sur le dernier trimestre 2024 (et malgré un léger sursaut en décembre), l’Insee parle aujourd’hui d’une « désinflation en bonne voie » pour 2024. Ce qui ne signifie pas la fin de la crise inflationniste dès le mois prochain, mais le ralentissement progressif de la hausse des prix. L’institut s’attend à une inflation à 2,6 % sur un an au mois de juin, contre une moyenne de 4,9 % sur l’année 2023. 

La solidarité dans le monde explose 

Difficile de mesurer quelque chose d’aussi divers que la solidarité et ses répercussions, d’autant plus que l’inflation pèse sur les dons aux associations. Malgré la situation économique, ceux-ci ont toutefois augmenté de 1 % en 2022 : c’est peu, mais ce n’est pas rien. 

En France, c’est surtout dans la presse locale que l’on découvre ça et là des élans et témoignages de solidarité locaux : un éleveur lozérien qui a pu reprendre une activité grâce au pouvoir des réseaux sociaux, la multiplication de repas solidaire pour les fêtes, une mobilisation pour trouver un appartement à une personne en situation de handicap… Le genre d’informations que l’on aimerait voir tous les jours sur les chaînes de télévision en 2024. Et si l’on se prenait à rêver ? 

Auteur : Benjamin B

Crédit Photo : skynesher/iStock

Partager