# Fêtes 2022

Allo, Papa Noël : la folle histoire d’un numéro culte

Publié le 5 décembre 2022 à 23h00

Le Père Noël à son burea
Le Père Noël à son burea

Alors, est-ce que tu as été sage, cette année ? Cette question, elle vaut tout l’or du monde depuis des générations pour les enfants. Avec elle, c’est toute la magie de Noël qui s’ouvre au petit matin du 25 décembre : c’est l’heure de déballer les précieux cadeaux apportés par le Papa Noël !

Mais les parents et grand-parents affectueux ne sont pas les seuls à poser l’interrogation fatidique. Il y a un monsieur à la voix grave qui a pu la poser par téléphone à des dizaines de milliers d’enfants français : c’est Roger Carel, le célèbre doubleur qui a prêté sa voix à des dizaines de films, de Star Wars au Livre de la Jungle. C’était bien lui - ou plutôt un message pré-enregistré sur répondeur - que les enfants appelaient pour « parler au Père Noël » et faire leur liste de cadeaux dans les années 1990.

Un souvenir inoubliable, tant pour les enfants de ces temps reculés que pour leurs parents, à moitié émus par tant de candeur et à moitié terrorisés par la facture téléphonique du mois suivant. En réalité, le numéro du Père Noël a une histoire presque aussi vaste et magique que le trajet de Santa Claus toutes les nuits du 25 décembre. On vous raconte ? Promis, ce ne sera pas surtaxé.

Il était une fois dans l’Amérique du XIXe siècle…

Comme tous les contes de Noël qui méritent d’être racontés, notre histoire débute dans l’esprit d’une petite fille pleine de curiosité. Elle s’appelle Virginia O’Hanlon, elle est brune, a huit ans en 1897 et vit à Manhattan, New York, Etats-Unis. 

Un beau matin, encouragé par ses sceptiques copains d’école, Virginia commence à douter de l’existence du Père Noël. Elle demande à son père, sérieux officier de police, si l’homme à la longue barbe blanche et aux cadeaux ne serait pas qu’un gros paquet de bêtises. Pris de court, le père un brin pantouflard esquive : « Virginia, tu devrais écrire à The Sun. S’ils le disent, c’est que c’est vrai », lui répond-t-il. The Sun est à l’époque un célèbre quotidien américain, réputé pour son sérieux.

Alors, la petite Virginia ne se laisse pas démonter : elle écrit au journal qui, sous la plume de Francis Church, lui répond le 21 septembre 1897. « Oui, Virginia, il y a un Santa Claus », affirme le journaliste dans un éditorial. « Ne pas croire au Père Noël ! Pourquoi ne pas croire aux fées non plus ! Personne ne voit le Père Noël, ce qui ne démontre en rien qu’il n’y a pas de Père Noël. Dans ce monde, les choses les plus réelles sont celles que ne voient ni les enfants, ni les grandes personnes. »

Si cette réponse on ne peut plus mignonne - disponible en version originale et intégrale ici - est parvenue jusqu’à nous, c’est d’abord parce qu’elle a créé un raz-de-marée chez les parents new-yorkais de la fin du XIXe siècle. Chaque année lors des fêtes, après cette première publication, ils écrivent au journal pour lui demander de republier l’éditorial de Church afin de calmer les interrogations de leurs tout-petits. Avec succès : cinq ans plus tard, il réapparaît dans le journal. Et deviendra culte.

L’armée américaine à la rescousse du Père Noël

Culte, c’est un petit mot : l’éditorial de Francis Church à la petite Virginia est devenu l’article anglophone le plus publié dans l’histoire de la presse et a été adapté dans toutes sortes d'œuvres culturelles. Mieux : l’histoire a inspiré l’armée américaine pour créer le NORAD Tracks Santa, qui est directement à l’origine du numéro avec Roger Carel. Encore une petite histoire - et vous saurez tout sur les appels au Papa Noël. 

Nous sommes le 24 décembre 1955, cette fois, et un magasin de la chaîne Sears publie dans le journal de Colorado Springs, dans le Colorado, une annonce affirmant aux enfants qu’ils peuvent appeler directement le Papa Noël via un numéro téléphonique. C’est la première occurrence d’un numéro d’appel au Père Noël à notre connaissance - et c’est aussi une conséquence directe du succès de l’éditorial du Sun.

Sauf que le magasin se trompe dans l’un des chiffres du numéro : la ligne téléphonique donnée est en réalité celle du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (CONAD, ancêtre du NORAD). Une belle bourde, en pleine guerre froide : les militaires reçoivent des tonnes d’appels au beau milieu de la soirée. 

Mais le colonel Harry Shoup, alors en permanence, prend les choses en main. Il décide de se prêter au jeu tant bien que mal et indique aux enfants qu’il aide le Père Noël à localiser les maisons depuis sa base militaire ! Selon la légende, il force même toute la base à décrocher le combiné pour répondre aux enfants et voici notre ribambelle de militaires en train de localiser l’homme sur son traîneau.

Roger Carel, où es-tu ?

Nous arrivons au bout de ce petit conte téléphonique de Noël. Le NORAD a donc inventé la ligne téléphonique pour enfants désireux de dire qu’ils avaient été sages, par l’intermédiaire d’une erreur de numéro et d’une petite fille ingénue de Manhattan du XIXe siècle. Mais quid de notre fameux 08 36 65 65 65 qui, de notre côté de l’Atlantique, a fait rêver des milliers d’enfants ? 

Nous sommes navrés de briser vos rêves d’enfant - mais l’origine du numéro est introuvable, le numéro lui-même n’est plus en service depuis le milieu des années 2000. Malgré son statut de numéro culte, aucune information n’a été laissée à la curiosité des amoureux de Noël. Seule, reste cette fameuse publicité sur fond de nuit étoilée et le souvenir des « histoires de Noël » racontées par la voix de Roger Carel pour un appel à 3,71 francs la minute. 

Il existe aujourd’hui, toutefois, en France et ailleurs dans le monde, des dizaines de numéros permettant de joindre le Père Noël. Dans l’Hexagone, ils sont pour la plupart surtaxés et pas forcément recommandables. Sauf un : le 04 22 52 10 10. Il a été créé en 2013 par un père de famille désireux de faire plaisir à ses filles et reçoit chaque année des milliers de coups de fils. « Les cousins et les amis se sont mis à l'utiliser puis le grand public s'en est aussi emparé, notamment grâce aux radios locales qui ont diffusé ce numéro. Si bien qu'un an après son lancement, la ligne avait comptabilisé 580.000 appels », expliquait-il à l’époque à LCI. Et s’il n’était pas trop tard pour dire au Papa Noël que vous n’avez pas été sage ?

Auteur : Benjamin B

Crédit photo : YouTube et Creative Commons

Partager