# Fêtes 2022

La Maison Tirot, jouets artisanaux, durables et responsables

Publié le 11 décembre 2022 à 23h00

Des bateaux de la Maison Tirot dans leurs ateliers en Bretagne
Des bateaux de la Maison Tirot dans leurs ateliers en Bretagne

Fabriqués à la main depuis 76 ans, les bateaux de la Maison Tirot accompagnent les jeux des enfants, petits et grands. L’entreprise s’est toujours entourée de partenaires locaux et produit des jouets hauts de gamme tout en minimisant ses déchets et son empreinte carbone. Le bon cadeau, à l’approche de Noël ?

À Paris, à l’arrivée du printemps, on en voit flotter dans les bassins des Tuileries ou dans les plans d’eau avoisinant les écoles. Des petites coques en bois bleues, rouges et blanches filent sur les flots et s’invitent parmi les canards, dès les premières brises venues. 

Depuis 1946, trois générations de la famille Tirot se sont succédé pour gérer cette entreprise artisanale et fabriquer, à Romagné, en Ille-et-Vilaine, des bateaux en bois de tailles différentes pour les enfants. En septembre 2021, c’est Augustin Hubert qui succède à Nicolas Tirot, pour perpétuer le savoir-faire de la maison.

Vous avez succédé à Nicolas Tirot l’année dernière. Qu’a changé votre arrivée dans l’entreprise ?

AH :

La maison Tirot est une entreprise du patrimoine vivant, c’est un petit joyau d’artisanat, mais un peu poussiéreux. Et mon travail aujourd’hui est de mettre en valeur ce bel écrin, en perpétuant la tradition, certes, mais aussi en repensant la vision globale de l’entreprise. La fabrication des bateaux est un savoir-faire que la famille Tirot détient depuis la création de la maison. Ils n’avaient cependant pas conscience de la valeur de leur savoir-faire étant les seuls en Europe à fabriquer des bateaux comme ceux-là. Il faut donc transmettre l’histoire et notre manière de travailler qui fait sens aujourd’hui, puisque l’on se questionne sur la durabilité de nos objets, nos méthodes de production et globalement, notre consommation.

Vous parliez de savoir-faire artisanal, comment fabriquez-vous ces bateaux ?

AH :

Aujourd’hui, je gère l’atelier avec deux autres salariés et deux apprentis. En tout, nous produisons environ 15 000 bateaux par an. Un salarié met environ 2 ans à se familiariser avec les différentes techniques de fabrication chez nous. Deux ans, ça peut paraître long, mais notre processus de production s’étale sur une année complète, c’est très particulier, car nous travaillons vraiment comme au « bon vieux temps ». 

De septembre à janvier / février, nous transformons la matière première, donc les troncs d’arbre, en 15 000 coques de bateaux. Ensuite à la fin de l’hiver jusqu’en août, nous passons à la phase de finition qui comprend le ponçage des coques, la peinture et l’installation des voiles. Ainsi, nous mettons à peu près un an à fabriquer un bateau. Par exemple, notre plus petit bateau, en entrée de gamme, nécessite à peu près 30 opérations alors que les voiliers plus gros, nécessitent plutôt 80 opérations et notamment installer les voiles en maîtrisant 22 nœuds différents. Ce qui est parfois complexe et qui est la clé de notre savoir-faire.

Je fais partie de cette génération qui a envie de donner du sens à son travail et qui a envie d’être fière de ce qu’elle fait.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à intégrer la Maison Tirot ?

AH :

Tout d’abord, nous sommes les seuls à faire ce que l’on fait. J’ai trouvé une entreprise en Angleterre qui confectionne elle aussi des bateaux, mais ils ne produisent pas à la même échelle que nous (environ 100 bateaux par an). Et c’est aussi pour cela que j’ai choisi de reprendre les commandes de la maison. Je fais partie de cette génération qui a envie de donner du sens à son travail et qui a envie d’être fière de ce qu’elle fait.

Comment illustrez-vous cette production responsable ?

AH :

On travaille avec des fournisseurs locaux, on fabrique des objets en bois avec des matériaux locaux, avec des arbres qui sont approvisionnés au sein de forêts environnantes à notre atelier. Nous transformons le bois pour en faire des bateaux et on se sert de tous les copeaux qu’il reste soit pour nous chauffer dans l’atelier, soit pour les faire livrer à un agriculteur qui s’en sert pour créer du paillage pour ses vaches. On réutilise tout, donc on doit générer maximum 10 sacs de déchets par an. La Maison Tirot est donc un vrai exemple de production durable et responsable et ce depuis 1946 puisque finalement à l’époque, la matière première était très chère, il ne fallait donc pas gâcher. Et les procédés mis en place pour ne pas gaspiller sont encore ceux utilisés aujourd’hui. Enfin, le jouet c’est un cadeau utile pour les enfants qui ont besoin de s’amuser et de rêver. Et nos bateaux traversent les âges et les générations. On nous dit souvent qu’un enfant a trouvé son bateau dans le grenier de son grand-père qui jouait lui-même avec quand lui était un enfant. Et ça fait de belles histoires !

Autrice : Anais F.

Crédit Photo : Maison Tirot

Partager