# Fêtes 2022

Le prix du meilleur dessert de Noël

Publié le 15 décembre 2022 à 23h00

Table festive avec des gâteaux et friandises
Table festive avec des gâteaux et friandises

Les repas de fêtes sont des moments sacrés qui réunissent les familles et les proches autour de mets chauds et succulents. Mais alors qu’il serait impossible de comparer les plats du monde pour Noël tant chaque région d’un même pays a ses différences, il y a quelque chose qui met tout le monde d’accord : le dessert.

Souvent un gâteau, chaque pays tient à sa propre recette : froid ou fondant, chocolaté ou à base de fraises, les gâteaux sont les meilleurs ambassadeurs des fêtes de chaque culture. Laissez-vous embarquer dans un tour du monde des desserts festifs et découvrez le grand gagnant élu par le jury de L’avenir a du bon.

Le Christmas pudding

Commençons par un classique de Noël : le Christmas Pudding. Un gâteau qui remonte au Moyen-Âge !  Le rituel de sa préparation n’est pas commun puisqu’il commence bien avant le réveillon de Noël. Dès le premier dimanche de l’Avent toute la famille est réquisitionnée. 

Avec une texture plutôt spongieuse, le Christmas pudding est donc composé de pas moins de 13 ingrédients : raisins secs, chapelure, farine, levure, sucre roux, cannelle, clous de girofle, alcool, pomme, d’agrumes, d’œufs et… graisse de rognons de bœuf.  Le temps de cuisson est long, très long : huit heures à la vapeur. Une fois prêt à être dégusté le jour de Noël, le pudding est flambé.

Notre avis : long à préparer et compliqué à déguster, tous les palais n’y seront peut-être pas favorables mais les Anglais en raffolent ! A tester au moins une fois dans sa vie, c’est un classique ! 

La bûche de Noël

La fameuse ! Contrairement à nos voisins anglais, le dessert classique du réveillon de Noël français n’est pas très ancien. Pourtant, son origine historique relève d’une longue tradition païenne, vieille de plusieurs milliers d’années. Les familles choisissaient en effet une grosse bûche de bois qu’elles décoraient pour maximiser leurs chances d’avoir une bonne année. Plus elle mettait de temps à se consumer, meilleur était le présage. 

Ce n’est que dans la deuxième partie du XIXe siècle que la bûche prend la forme d’une génoise à la crème au beurre roulée. Toutefois, il faut encore attendre les années 1950 pour voir le gâteau s’imposer sur les tables de fêtes de la francophonie. Petit plus : la bûche de Noël, bien qu’attribuée aux pays francophones, est aussi dégustée au Liban et au Vietnam.

Notre avis : ex-cel-lent, en toute modestie. Si vous n’avez jamais goûté, courez goûter cette merveille. 

Le Christollen ou Stollen

Direction l’Allemagne ou l’Alsace cette fois avec un dessert qui remonte à 1329, bien que les historiens s’accordent à dire que le gâteau est plus vieux qu’il n’y paraît. Même s’il est impossible aujourd’hui de trouver la recette exacte du gâteau au XIVe siècle, celui-ci est composé d’une base panaire puisqu’il est fait avec de la farine, de l’eau et de la levure, le beurre ayant été intégré à la recette seulement 100 ans plus tard. 

Aujourd’hui, le Christollen a conservé sa base panaire mais est souvent agrémenté de fruits secs et confits, d’épices et de massepain, une sorte de pâte d’amande.

Notre avis : ce n’est pas le dessert préféré des enfants, les fruits secs ou confits n’ayant jamais réussi à battre le chocolat… Disons qu’il y a quand même des choses plus excitantes à grignoter pour le dessert. 

Le Kurisumasu Keki

Saperlipopette ! Les Japonais auraient-ils trouvé la recette parfaite du gâteau léger mais gourmand et parfait pour les fêtes ? C’est en tout cas ce que laisse à penser le Kurisumasu Keki, le traditionnel dessert de fêtes du peuple du Soleil-Levant. Connus pour leur façon de célébrer Noël - en mangeant du poulet frit -, les Japonais ont adopté le Kurisumasu Keki après la Seconde Guerre mondiale. Ce gâteau représente le consumérisme et les Américains pour un peuple qui ne fêtait auparavant pas Noël puisqu’ils ne sont, pour la plupart, pas chrétiens.

Ce gâteau éponge à la fois simplissime et aérien est recouvert de crème fouettée et de fraises. Le combo parfait pour allier légèreté et gourmandise après un bon KFC.

Notre avis : incroyable mais vrai, on troquerait presque notre chère bûche. 

Le Bolo Rei

Le Bolo Rei est littéralement un gâteau des rois. Ce gâteau portugais a plusieurs origines, ce qui le rend assez mystérieux. Sa naissance remonte à l’Antiquité, durant les Saturnales, et son histoire n’a cessé depuis de se modifier. Mais le plus intéressant reste que le Bolo Rei fût directement importé de France en 1870 ! En effet, si la plupart des Français mangent en janvier de la galette frangipane, dans le Sud c’est bien le Bolo Rei, gâteau des rois, qui est dégusté lors de l’Épiphanie. Au Portugal, il  est savouré à Noël et diffère un peu de notre galette des rois classique. Il s’agit donc d’une brioche en forme de couronne garnie de fruits confits. À l’intérieur, une fève qui désignera, pour celui ou celle qui la trouvera, le roi ou la reine.

Notre avis : trop en avance, l’épiphanie c’est en janvier !

Et le grand gagnant est…

Il est à noter que, si les gâteaux les plus anciens sont les moins appétissants visuellement, c’est parce qu’ils étaient faits pour durer toute la saison hivernale. Cependant, certains sont quand même délicieux, c’est pourquoi ils méritent leur place dans ce grand concours. 

L’heure du verdict est tombée. Alors, sans plus attendre, le grand gagnant de ce concours du meilleur dessert de Noël est sans grande surprise la bûche de Noël suivie de très près par le Kurisumasu Keki. Pourquoi ? Tout simplement car ce sont les plus gourmands, et qu’on aime la gourmandise, surtout pendant les fêtes !

Autrice : Flavie R

Crédit Photo : los_angela

Partager