# Fêtes 2023

La folle histoire des Kapla

Publié le 29 novembre 2023 à 23h00

Amsterdam vu en Kapla
Amsterdam vu en Kapla

À la croisée de la créativité, de l'audace entrepreneuriale, et de l'engagement écologique, l'histoire des Kapla, ces petites planchettes en bois, est une épopée qui remonte à la vision ambitieuse de Tom van der Bruggen, rêveur intrépide. Interview. 

Le Kapla, cette petite planchette qui a émerveillé plus d’un bambin sous les sapins, cache bien son jeu. Derrière une apparence simplissime, son histoire est des plus fantasques. Tout commence par un rêve…  mais pas celui qu’on croit. « Enfant, je rêvais d'être châtelain », déclare simplement Tom van der Bruggen, son créateur. Mais encore une fois, pas pour les raisons qu’on croit. « Châtelain, ce n'est pas simplement quelqu'un qui possède un château, mais c'est quelqu'un qui est mécène de la culture et du patrimoine », continue-t-il par téléphone. Il s’agit donc de faire de sa demeure un lieu de culture fourmillant et éclectique où se fréquentent intellectuels, musiciens, artistes et curieux comme il en était coutume dès le XVIIème siècle en somme !

N’ayant pas les moyens de ses ambitions, il quitte sa Hollande natale pour la France où il ouvre une boutique d’antiquité. En 1970, cet expatrié acquiert une ruine à Lancou, un village aveyronnais, avec l'espoir de bâtir un château. Pendant 16 ans, cet amoureux du bois, formé en histoire de l'art, érige son château par ses propres moyens, mais se heurte au défi de modéliser son édifice. « Les cubes de bois n’étaient pas propice à la modélisation. J’ai donc imaginé d'autres blocs qui étaient plus adéquats, puis j'ai pensé à une planchette qui fonctionnait à merveille », raconte Tom. Des dimensions précises émergent après des essais méticuleux : 7,8 mm d'épaisseur, 23,4 mm de largeur et 117 mm de longueur. Le Kapla, contraction de « kabouter plankjes », planchettes de lutin en néerlandais, est né.

Un succès parsemé d’embuchettes 

Convaincu du potentiel ludique et pédagogique de son invention, Tom van der Bruggen devient entrepreneur. Le succès n’est pas tout de suite au rendez-vous. Pour financer son projet, il vend son château et part lui-même démarcher à droite et à gauche. « Je me souviens à mes débuts d’une acheteuse de l’un des grands magasins parisiens. Quand elle a vu mon Kapla, elle m’a dit:  ’Quoi ? Des planchettes en pin et sans couleur ? Si j'avais su ça, je ne vous aurais même pas reçu. Ça fait 20 ans que l'enfant français ne joue plus avec du bois. Allez vendre ça à des petits Suisses et des Allemands’. Mais je ne me suis pas découragé. » 

À force de ténacité, Tom van der Bruggen a su imposer sa vision. Deux expositions au musée des Arts décoratifs (en 1987 et 1997), la presse est dithyrambique, la ville de Paris et même l'Élysée deviennent clients ! Les planchettes s’exportent très vite à l’international. Sa victoire reste surtout auprès de l'enseignement. « Les écoles, les institutrices et les bibliothécaires ont très vite compris l'intérêt éducatif fondamental de Kapla. Et c'est ça, plus que le commerce, qui a fait ma carrière », se souvient l’inventeur. Son autre fierté, c’est de savoir que Kapla est un « jeu durable ». Dès le départ, il s'est engagé dans une démarche écologique. Le choix du bois de pin provenant des forêts « éternelles » des Landes, gérées de manière durable par exemple. 

Imaginer une infinité de possibles 

Ce qui était un objet tout à fait pratique est devenu un jeu mondialement connu. Personne n’aurait pu prévoir l’avenir de la bûchette et encore moins un tel succès !  Comme quoi, tout est possible avec un peu d’imagination. Et maintenant ? Après 35 ans d’aventures et plus d’un milliard de planchettes vendues dans le monde (à vue de nez), Tom van der Bruggen est finalement devenu châtelain en 2015 en acquérant le château d’Excideuil où il organise régulièrement des festivals de musique, son autre passion qu’il partage avec sa femme cheffe d’orchestre. La famille Kapla s’est agrandie avec TomTecT et le prochain K’Tom : des maisons de poupée, encourageant la créativité chez les enfants et les adultes. Les maisons à monter soi-même offrent la possibilité de concevoir des structures uniques. La phase de construction et de décoration sollicite la créativité, la patience et les compétences manuelles. 

Ainsi se clôture ce chapitre de l'histoire des Kapla, initiée par le rêve d'un châtelain devenu un symbole mondial de créativité et de durabilité. Ces petites planchettes, cadeau de Noël emblématique, incarnent un esprit visionnaire et continuent d'inspirer des générations, contribuant à un monde où le jeu rencontre la responsabilité environnementale. Kapla, une épopée entre rêve et créativité écologique, dont les chapitres à venir restent à écrire… puisque les mémoires de Tom van der Bruggen ne devraient pas tarder à être rédigées. 

Autrice : Carla P

Crédit Photo : Tom van der Bruggen/Kapla

Partager