Les mentors :
Comment ouvrir son agence immobilière avec Hervé Chazal

Publié le 1 juin 2021 à 22h00

Hervé Chazal
Hervé Chazal

Après une première vie professionnelle dans les médias, Hervé Chazal a ouvert une agence immobilière Century 21 à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, en 2014. Un territoire porteur, entre Paris et la Normandie, bientôt desservi par le RER E qui le placera à 40 minutes à peine du quartier d’affaires de la Défense. Pour ceux qui veulent se lancer dans l’aventure immobilière, Hervé nous détaille les principales erreurs à ne pas commettre.

Erreur n°1 : Négliger la formation

Le quotidien d’un agent immobilier consiste surtout à repérer des biens à vendre, faire des visites, convaincre des acquéreurs… L’erreur serait de penser qu’il n’y a pas besoin de connaissances précises pour faire tout cela. La reconversion n’est pas si facile. « Si l’on veut ouvrir sa propre agence, il faut avoir une carte professionnelle : la carte «T» pour transaction », explique Hervé. Une carte qui est décernée par la chambre de commerce et d’industrie du département d’implantation, pour laquelle vous devrez justifier une expérience significative dans le métier. Ou passer un BTS immobilier.

Pour vous former, vous pouvez par exemple passer, comme Hervé, par un réseau d’agences immobilières : « Le réseau vous forme, et vous assure une mise à niveau à chaque évolution législative.»
century 21
century 21

Erreur n°2 : Oublier la concurrence

La stratégie de localisation de votre agence est fondamentale. « Il faut trouver un emplacement où il y a du potentiel. Pour cela, il est nécessaire de connaître le nombre de transactions annuelles. Un chiffre que vous pouvez connaître en vous adressant aux collectivités, qui en sont nécessairement informées, car elles reçoivent les déclarations d’intention d’aliéner «», explique Hervé. 

Une fois que vous avez trouvé un emplacement idéal, il vous faudra regarder du côté de la concurrence. S’il y a trop d’agences immobilières et pas assez de biens à vendre, vous risquez d’en faire les frais. « Il faut, en tout cas, éviter les fausses bonnes idées : aller dans un coin sympa avec peu de transactions et à un niveau de prix élevé, où il y a déjà de la concurrence. Vous pouvez mettre en danger la survie de votre agence si vous loupez ne serait-ce qu’une seule vente ». 

Hervé Chazal, lui, s’est installé à Mantes-la-Jolie, une ville populaire en plein essor, dont l’attractivité est dopée par un projet de réhabilitation urbaine important, la présence d’une université, le tout entouré par les villages huppés du Vexin Français.

Pour ouvrir son agence, il faut s’installer dans le bon territoire, qui offre un volume important et qualitatif de transactions

Erreur n°3 : Se lancer sans apport

Comme pour l’achat d’un logement, il vaut mieux se lancer dans l’immobilier avec un apport financier. "Pour faire partie d’un réseau, il faut d’abord payer un droit d’entrée, et prendre le temps de se former. Il est ensuite nécessaire de trouver un local, et de l’aménager. Sans oublier qu’une fois votre agence ouverte, vous devrez trouver des mandats, puis enfin réaliser des ventes. Tout cela fait que vous risquez de ne pas avoir de revenus pendant une période qui peut aller jusqu’à douze mois", prévient Hervé. Pour tous ceux qui veulent se lancer dans l’aventure, il est judicieux de disposer d’un matelas de 100 à 120 000 euros pour pouvoir tenir ce délai. 

Ouvrir une agence immobilière coûte de l’argent, il faut s’y préparer
Herve à son bureau
Herve à son bureau

Erreur n°4 : N’accepter que des mandats simples

Une fois l’agence ouverte, Hervé conseille de privilégier « Le mandat exclusif [qui] offre des résultats bien meilleurs que le mandat simple. Tout simplement parce qu’on y met plus de moyens ». Pour une vente en mandat exclusif avec leboncoin, le bien est mis en haut de page sur le site pendant trois mois, ce qui crée une très bonne dynamique commerciale au sein de l’agence. « J’arrive à faire une vente sur sept en mandat simple, contre deux sur trois en mandat exclusif, c’est beaucoup plus efficace».

Multiplier les mandats ne rendra pas vos biens plus visibles

Erreur n° 5 : Faire rêver les vendeurs

« Le temps, c’est l’ennemi n°1 du vendeur immobilier ». Une fois qu’une annonce est restée trop longtemps en ligne, les acquéreurs potentiels se méfient et pensent que le bien souffre d’un vice caché. « Alors que dans l’immense majorité des cas, c’est une question d’estimation trop haute et un prix déconnecté du marché », poursuit Hervé. Connaître son marché, et les prix qui s’y pratiquent fait partie des missions principales de l’agent immobilier. « Faire rêver le vendeur en annonçant une estimation élevée pour obtenir un mandat, c’est une erreur, car cela fait traîner la vente. »

Une estimation trop élevée peut bloquer une vente. Mieux vaut annoncer le juste prix dès le départ aux vendeurs plutôt que de viser trop haut.
bureau
bureau

Erreur n° 6 : Rédiger ses annonces trop rapidement

Il n’y a pas que les photos qui vont attirer un potentiel acquéreur : le texte compte beaucoup. Particulièrement sur leboncoin où les acquéreurs peuvent effectuer une recherche par mots-clés. « Il faut être le plus explicite possible sur le caractère du bien : préciser les avantages de sa localisation, sans pour autant donner l’adresse, car on ne veut pas qu’une agence concurrente s’y intéresse. Puis, prendre le temps de décrire le bien de façon exhaustive, et enfin terminer sur le petit plus qui fait toute la différence : le jardin, la cheminée, ou la piscine !», conclut Hervé Chazal.

Si les photos sont indispensables, il ne faut pas négliger la rédaction du texte d’une annonce immobilière
salon agence immobilière
salon agence immobilière

Crédit photo 
© Arnaud Paillard

Partager