# Elections2022

L’indice de réparabilité, un outil pour lutter contre l’obsolescence

Publié le 25 mars 2022 à 23h00

Machine à laver avec des vêtements dedans
Machine à laver avec des vêtements dedans

En imposant aux fournisseurs d’indiquer un indice de réparabilité sur leurs produits, le gouvernement espère sensibiliser les consommateurs et contraindre les marques à plus de durabilité.

Combien de temps votre nouveau smartphone va-t-il tenir avant de vous faire faux bond ?  Votre ordinateur peut-il connaître un second souffle ou est-il temps d’en racheter un ? Entre une machine à laver premier prix et une option plus coûteuse, laquelle vous suivra le plus longtemps ?

S’il fallait auparavant éplucher les comparateurs en ligne pour trouver une réponse à ces questions, l’indice de réparabilité peut désormais vous éclairer. Obligatoire depuis le 1er janvier 2021, il permet de savoir si votre appareil est réparable, sur une échelle de 1 à 10.

Un système de calcul basé sur cinq critères

Pour déterminer la note de chaque produit, cinq critères sont évalués : 

  • La documentation : score déterminé par l’engagement du producteur à rendre disponibles gratuitement, en nombre d’années, des documents techniques auprès des réparateurs et des consommateurs.
  • La démontabilité et accès, outils, fixations : score déterminé par la facilité de démontage du produit, le type d’outils nécessaires et les caractéristiques des fixations.
  • La disponibilité des pièces détachées : score déterminé par l’engagement du producteur sur la durée de disponibilité des pièces détachées et sur le délai de leur livraison. 
  • Le prix des pièces détachées : score déterminé par le rapport entre le prix de vente des pièces détachées et le prix du produit.
  • Les spécificités : score déterminé par des sous-critères propres à la catégorie de produits concernée.

Pour l’instant, seuls les lave-linges à hublot, smartphones, ordinateurs portables, téléviseurs et tondeuses à gazon électriques sont concernés par cet indice de réparabilité.

Éviter le gaspillage

Prévue par la loi anti-gaspillage, cette mesure vise à inciter les consommateurs à se diriger vers des produits qui durent plus longtemps et à les faire réparer en cas de panne.

Une habitude encore loin d’être automatique, car les Français changent en moyenne leur téléphone portable tous les deux ans et, pour 88 % d’entre eux, alors qu’il fonctionne encore (ADEME). On estime même qu’au moins 30 millions d’appareils dorment encore dans les tiroirs !

Alors faites le test, et consultez en ligne la note de vos appareils ! Si vous considérez un nouvel achat, sachez que les vendeurs ont pour obligation d’afficher la note synthétique de l’indice, à proximité du prix. N’hésitez pas à la demander si elle n’est pas visible en magasin.

Lutter contre l’obsolescence et préserver les ressources

Outil de lutte contre l’obsolescence – programmée ou non –, cet indice devrait être amené à évoluer d’ici 2024 pour devenir un indice de durabilité, où s’ajouteront de nouveaux critères, comme la robustesse ou la fiabilité des produits.

Autre objectif de cette mesure : préserver les ressources naturelles nécessaires à la production des objets électroniques et électroménagers. 

D'ici cinq ans, le gouvernement espère que le taux de réparation des produits électriques et électroniques sera de 60 %.

Autrice : Sarah Quimet

Crédit photo : Engin Akyurt

Partager