# Elections2022

 Tour du monde des bonnes pratiques en matière de recyclage

Publié le 17 mars 2022 à 23h00

Image de quelqu'un avec un gant qui ramasse une bouteille d'eau. Dans le fond plusieurs personnes faisant la même chose.
Image de quelqu'un avec un gant qui ramasse une bouteille d'eau. Dans le fond plusieurs personnes faisant la même chose.

Si la gestion du recyclage est encore loin d’être une priorité dans de nombreux pays du monde, plusieurs initiatives pourraient bien faire bouger les lignes au-delà de leurs frontières.

Suède : la championne mondiale du recyclage

La Suède détient le record mondial, avec 99 % de ses déchets recyclés. Une sacrée victoire pour le pays qui mène une guerre contre les déchets depuis plusieurs années. Encouragées par le gouvernement, les habitudes de tri sont bien ancrées dans le quotidien des citoyens et relèvent même d’une seconde nature.

Bennes de recyclage à tous les coins de rue, consigne du plastique et des canettes, distribution de sacs poubelles gratuits pour le tri sélectif… Tout est fait pour que chaque déchet puisse être pris en charge et valorisé. Les cordonniers et autres réparateurs d’électroménager bénéficient même d’un taux de TVA réduit. Les déchets non recyclables sont, eux, transformés en énergie. Autant d’initiatives qui permettent au pays de viser un autre objectif : celui des 100 % de déchets recyclés d’ici quelques années.

San Francisco, bientôt la première ville zéro déchet ?

C’est un modèle qui fait presque figure d’exception aux États-Unis. Depuis les années 2000, la ville de San Francisco cherche à atteindre l’objectif zéro déchet, appuyé par une politique ambitieuse. Baptisées les « magic three » ou « fantastics », les trois poubelles colorées (noire pour l’intraitable, bleue pour le recyclage, et verte pour le compostage), sont devenues l’emblème de la ville. Le recyclage est obligatoire pour les habitants, et gare à ceux qui se tromperaient de poubelle ! Ils risquent jusqu’à 1000 dollars d’amende en cas d’infraction.

La ville espère se débarrasser complètement de ses décharges et incinérateurs pour valoriser l’intégralité de ses déchets. Cet objectif, initialement prévu pour 2020, a dû être repoussé, mais la mairie continue de poursuivre ses efforts en la matière et espère l’atteindre d’ici 2030.

Autriche : tous au compost !

En Autriche, 80 % de la population bénéficie d’une collecte séparée des déchets organiques. Le pays est le premier en Europe en termes de quantité de déchets compostés par an par habitant (175 kg, contre 87 kg pour la France). C’est même une obligation dans le pays : tous les ménages autrichiens sont tenus de séparer leurs déchets biodégradables du reste de leurs ordures depuis 1995. 

À Vienne, ces déchets sont transformés en compost et ensuite utilisés dans les champs et les vignes bordant la ville, les espaces verts publics ou proposés gratuitement aux résidents.

En France, le tri des biodéchets sera aussi bientôt obligatoire. La loi prévoit que tous les particuliers doivent disposer d’une solution pratique de tri à la source de leurs biodéchets avant 2025. Ces déchets représentent aujourd’hui un tiers des poubelles résiduelles.

Taïwan : un camion-poubelle musical

Ils sont reconnaissables dès les premières notes qui s’échappent de leurs carcasses jaunes poussins : chaque soir, les camions-poubelles de Taipei débarquent en musique, souvent au rythme de morceaux emblématiques, comme La lettre à Élise de Beethoven. 

Une manière d’annoncer leur arrivée aux habitants, qui doivent descendre eux-mêmes pour donner leurs poubelles. Les éboueurs contrôlent ensuite le tri sélectif et refusent les sacs qui ne respectent pas les règles. La méthode a fait ses preuves : en 20 ans, Taïwan a réussi sa transition vers le recyclage des ordures en passant de 0 à 55 % de recyclage !

Autrice : Sarah Quimet

Crédit photo : Adobe Stock

Partager