# Elections2022

Tri : quand l’Ademe met au défi les Français

Publié le 2 avril 2022 à 00h00

Personne qui trie du verre
Personne qui trie du verre

Pendant sept mois, plusieurs familles ont été accompagnées par un coach pour désencombrer leur intérieur et les sensibiliser à une consommation plus sobre et respectueuse de l’environnement.

Ils pensaient n’avoir que quelques paires de chaussures… alors que leurs placards en comptaient parfois plus d’une vingtaine ! Pour les 21 familles sélectionnées par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), la prise de conscience a été immédiate : tous ont largement sous-estimé le nombre d’objets possédés.

Baptisée « Osez changer : mieux consommer et vivre plus léger », cette opération visait à sensibiliser les foyers sur la surconsommation et le gaspillage.

Accumulation et affaires en double

De mars à avril 2021, chaque famille a reçu la visite régulière de coachs de rangement de la Fédération francophone des professionnels de l’organisation. Premier exercice donné par ces “organisateurs de maison” : vider l’intégralité de leurs placards pour faire l’inventaire de leurs possessions, avant de commencer le tri. Résultat : beaucoup d’accumulation et de produits en double, notamment pour les jouets, les appareils électriques et les vêtements. Selon le bilan de l'opération, les Français pensent ainsi posséder 34 appareils électriques par foyer, alors qu'ils en ont en réalité 99, dont 6 jamais utilisés !

Grâce à ces experts du tri et du rangement, les familles participantes se sont séparées de 31 % de leurs objets – toutes catégories confondues – et de 35 % de leurs textiles. On comptait entre 3 à 12 smartphones au début de l'opération, contre 1 à 9 à la fin. Elles ont réussi à libérer jusqu'à 60 % de leur espace de vie et se sont séparées d’au moins 30 % d’équipements électriques et électroniques non-utilisés.

Une opération qui a servi d'électrochoc pour les foyers. Désormais, tous affirment avoir changé leurs habitudes au cours de l'expérience et se disent prêts à continuer leurs engagements après l'opération.

Se poser les bonnes questions avant d’acheter

La fabrication des objets est ce qui a le plus d’impact sur l’environnement. L’achat de produits neufs et leur accumulation augmentent l’empreinte carbone et participent à l’épuisement des ressources naturelles. Alors avant de craquer sur un nouvel objet, l’ADEME recommande de se poser plusieurs questions simples pour évaluer réellement ses besoins :

  • Est-ce un « achat de nécessité » ou un « achat plaisir » ?
  • Est-ce un phénomène de mode ?
  • Va-t-on en avoir un usage fréquent ?

Pour les objets en trop dont on souhaite se séparer, l’Agence préconise trois solutions : la vente (vrai levier pour se débarrasser de ce qui ne sert plus), le don (pour en faire profiter les autres et participer à l’impact social) ou encore la réparation, pour laisser une dernière chance aux objets avant de s’en séparer.

Autrice : Sarah Quimet

Crédit photo : Shvets

Partager